Recommandations OMS pour une consommation responsable

Les seuils définis par l’Organisation Mondiale de la Santé sont les suivants :

  • pas plus de 21 verres par semaine pour l’usage régulier chez l’homme (3 verres/jour en moyenne)
  • pas plus de 14 verres par semaine pour l’usage régulier chez la femme (2 verres/jour en moyenne)
  • jamais plus de 4 verres par occasion pour l’usage ponctuel

L’OMS recommande également de s’abstenir au moins un jour par semaine de toute consommation d’alcool.

Ces seuils n’assurent aucunement avec certitude l’absence de tout risque (!) mais sont des compromis entre, d’une part, un risque considéré comme acceptable individuellement et socialement, et d’autre part la place de l’alcool dans la société et les effets (considérés comme) positifs de sa consommation modérée. Ces seuils n’ont donc pas de valeur absolue car chacun réagit différemment selon sa corpulence, son sexe, sa santé physique et son état psychologique, ainsi que selon le moment de la consommation. Ils constituent donc de simples repères et ils doivent être abaissés dans diverses situations, notamment :

  1. en cas de situation à risque :
    • conduite de véhicule, travail sur machine dangereuse
    • poste de sécurité, situation qui requiert vigilance et attention, etc
  2. situations physiologiques particulières : la grossesse.
  3. en cas de risque individuel :
    • consommation rapide ou associée à d’autres produits psychoactifs, notamment médicaments, autres drogues
    • pathologies organiques et/ou psychiatriques associées, notamment celles qui impliquent la prise d’un traitement médicamenteux
    • modification de la tolérance du consommateur en raison de l’âge, du faible poids, du sexe, des médications associées de l’état psychologique, etc.

NB : cette liste ne doit pas être considérée comme limitative.
(Source: SFA)

Pas de consommation sans risques !

Même une consommation modérée (max. 3 verres par jour chez l’homme et 2 chez la femme) est associée à un accroissement du risque de cancers des voies aérodigestives supérieures, cancer du foie, cancers du sein et du côlon-rectum.

Toute consommation régulière peut, chez les personnes présentant une vulnérabilité, conduire à une assuétude.

Toute consommation d’alcool a une influence sur le comportement et les réactions et peut conduire à des accidents et actes préjudiciables.